IMG_3132
+1 - 0  by /0 comments

Ce grain de sable qui a tout changé…

J’ai tout de suite aimé le Brésil, ses clichés n’ont fait qu’un tour dans mon sang:

Son climat, doux et chaud; sa bonne bouffe, simple et gourmande; son peuple, joyeux et convivial; sa forêt luxuriance; ses déserts nordestins ; son histoire complexe aux influences multiples; la facilité de trouver tout et rapidement, grâce aux services et aux « petits métiers » qui existent encore. Tout cela m’a ravi et je me suis senti bien, presque comme chez moi, dans le sud-ouest de la France.

Malgré tout, d’autres pays d’Amérique Latine m’avaient également séduit par d’autres merveilles.  Les Andes ou encore Cuba, qui restent mythiques par leurs histoires, leur authenticité, leurs paysages fascinants, leurs langues anciennes et l’espagnol, qui les rend unis par une culture commune, celle de la colonisation espagnole, celle des esclaves et des légendes indigènes.

L’élément qui a tout changé pour moi, le petit chaînon manquant à cette caricature du Brésil, celui qui rassemble tous les autres, qui résume l’art de vivre à la Brésilienne, c’est la musique.

J’avais déjà eu quelques esquisses de cette identité culturelle lors de mon premier voyage, car quelques chansons d’Ivete Sangalo avaient suivi et endiablé toutes nos soirées festives.

A cette époque je ne pouvais soupçonner toute la diversité , tout l’étendard de la musique brésilienne.

Puis, un beau jour du mois de mai, aux premières douceurs de l’hiver, à Paraty, j’ai assisté à un miracle.

Là, au beau milieu de la forêt , un restaurant magnifique, posé au milieu d’une clairière, une feijoada inoubliable, de récents amis et un groupe de musique, formé de quatre musiciens et chanteurs à la fois : Fabiano Salek, Silvio, Nilze Carvalho et Camila Costa.

L’après-midi fut magique, cette musique enivrante semblait rendre les gens heureux. Après seulement quelques notes, les personnes assises qui étaient en train de déjeuner, se sont levées pour danser. Cette vieille dame, ce jeune couple, tous ces brésiliens et moi-même, avons dansé en écoutant les quatre voix de Sururu Na Roda.

Le temps s’est arrêté, les regards se sont croisés, la musique a continué, puis ma vie à changé, et ne sera plus jamais la même.

 

+ 1 - 0

Ce blog pour partager, une expérience de voyage, une découverte artistique , une rencontre, parce que l'Amérique Latine est une passion, ma passion LATINA!! En France je m’appelle Guillaume et Guilaoume, Guillermo, Guilherme, Guio, Guiomé,Gui, en Amérique Latine. Je parle espagnol sans rouler les rrr et portugais avec un accent gascon. J’ai connu l’école, puis ma prof d’espagnol qui ne me parlait qu’en espagnol. Elle évoquait un pays lointain, une île où l’on devait parler espagnol puisqu’elle était au programme de mon cours d’espagnol. Cette île c’était Cuba !! Alors Cuba c’est…c’est où Cuba ? Ahh oui dans la caraïbe !!! Oulalala, je partais de loin…Bon bref, j’ai situé Cuba, puis mon frère s’est marié avec une cubaine et j’y suis allé et…bon…j’y suis retourné au moins 1000 fois. Un jour, 3 amis ont décidé d’aller au Brésil. Quelle idée d’aller au Brésil??!! On n'y danse pas la salsa et on n'y parle même pas espagnol, pffff!!!…Bon, j’y vais quand même ! Et là, le choc !!! Aujourd'hui, le Brésil et l’Amérique Latine en général font entièrement partie de mon quotidien.

  Post comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *