IF
+2 - 0  by /0 comments

La poésie du Salar d’Uyuni

La pureté d’une belle personne, d’un beau moment, la chaleur d’une rencontre, à l’autre bout du monde ou à côté de chez soi,  une rivière simplement limpide, la surprise d’une nature éclatante, d’une admirable magie, presque irréelle , doivent être les prémices de la poésie. Ces stimulus inspirent , que l’on soit, en peine ou plein de joie, jeune ou moins jeune, seul ou accompagné, voyageur ou casanier.

En cela, le Salar d’Uyuni fait partie de ces merveilles. Sa splendeur, son immensité ( plus grand que la Corse), sa pureté, touchent en plein cœur.IF

Cette exception de la nature se situe dans le sud de la Bolivie, là où la modernité n’a pas encore montré le bout de son nez, là où la nature est presque vierge . Cette nature est très dure. La végétation peine à se frayer un chemin, entre le sel, l’altitude et la sécheresse, seuls des cactus aux épines vigoureuses , survivent à ce désert.IF

Il est possible de loger tout près du salar, dans le petit village d’Uyuni ou, encore mieux, à Colchani ( 5 kms d’Uyuni) dans un hôtel de sel ( le Luna Salada ou le Palacio de Sal), pour passer une nuit douce et légère, comme la fleur de sel.

289960.web

IF

IF

Je me souviens d’une nuit à Uyuni , à 3600 mètres d’altitude, moins poétique que dramatique. Ma tendre mère était à mes côtés , elle m’accompagnait dans ce périple sud-américain. Les rues calmes de la ville, la nuit à la fois noire et brillante de tant d’étoiles , notre petite auberge simple et silencieuse, mon mal de tête et mes vomissements, furent les contrastés tourments de mon sommeil. Même après quelques jours en altitude, le mal des montagnes me gagnât, dans cet endroit où le froid vous glace la nuit, et où la luminosité brûle vos yeux la journée. Un peu comme au ski, s’il l’on y réfléchit.

Mon repos avait été contrarié, mais ce n’était pas très important. Ma mère et moi venions de passer une journée unique, dans cette surprenante mer de sel, que je ne suis pas prêt d’oublier.

+ 2 - 0

Ce blog pour partager, une expérience de voyage, une découverte artistique , une rencontre, parce que l'Amérique Latine est une passion, ma passion LATINA!! En France je m’appelle Guillaume et Guilaoume, Guillermo, Guilherme, Guio, Guiomé,Gui, en Amérique Latine. Je parle espagnol sans rouler les rrr et portugais avec un accent gascon. J’ai connu l’école, puis ma prof d’espagnol qui ne me parlait qu’en espagnol. Elle évoquait un pays lointain, une île où l’on devait parler espagnol puisqu’elle était au programme de mon cours d’espagnol. Cette île c’était Cuba !! Alors Cuba c’est…c’est où Cuba ? Ahh oui dans la caraïbe !!! Oulalala, je partais de loin…Bon bref, j’ai situé Cuba, puis mon frère s’est marié avec une cubaine et j’y suis allé et…bon…j’y suis retourné au moins 1000 fois. Un jour, 3 amis ont décidé d’aller au Brésil. Quelle idée d’aller au Brésil??!! On n'y danse pas la salsa et on n'y parle même pas espagnol, pffff!!!…Bon, j’y vais quand même ! Et là, le choc !!! Aujourd'hui, le Brésil et l’Amérique Latine en général font entièrement partie de mon quotidien.

  Post comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *