image
+4 - 0  by /3 comments

Le rugby à Rio et aux JO

Cela peut paraître surprenant mais il y a du rugby à Rio.

Les rugbymen cariocas ont trouvé leur place et la meilleure place de Rio puisqu’on s’entraine sur la plage mythique d’Ipanema. Mythique parce que c’est le quartier où Vinicus de Moraes a écrit la plus célèbre des chansons brésiliennes : Garota de Ipanema. Mythique parce que c’est une plage où même les collines veulent se faire voir, ces deux frères ( dois irmaos) qui symbolisent la plage d’Ipanema qui a gardé son esprit bossa, cool et artistique et qui en fait certainement la plus glamour au monde.
Deux fois par semaine des passionnés dont des brésiliens, quelques européens et argentins, foulent le sable chaud et fin du poste 8.
Je peux vous dire que lorsque le soleil se couche, que l’on enfile son short, que l’on vous lance un ballon de rugby , qu’autour de vous le bruit des vagues frémis, que les voitures éclairent l’avenue, que les volleyeurs font claquer la balle, que les joggeurs profitent de la fin de journée, et bien on est au paradis…
J’ai rarement eu cette sensation forte que la vie était belle, que des moments simples, de partage, pouvaient être aussi bons.
A Rio on pratique plutôt le rugby à toucher, sans placages, sans véritables contacts, juste un jeu ludique où les courses, les passes, l’esthétisme sont la volupté recherchée.
IL y a beaucoup d’Européens, d’argentin, mais lorsqu’un gamin descendu de la favela d’à côté se mêle aux débats, passe tout le monde avec 3 crochets, 4 accélérations et 12 feintes , je peux vous dire que le rugby peut être un sport brésilien.En plus, y a beaucoup de brésiliens qui sont des forces de la nature et très agiles.
Dans un Brésil en plein développement, qui cherche à donner une place importante à l’éducation, je pense que les valeurs de ce sport peuvent aider certains jeunes sans repères et, plus généralement, le pays.
C’est un sport où le combat est présent, individuellement mais surtout , et c’est en cela qu’il est intéressant, collectivement car ,au rugby , on est absolument rien tout seul. Quelque soit sa morphologie on a toujours une place dans une équipe de rugby. Les plus costauds auront des postes avec moins de courses et plus de combats, les plus véloces vont occuper les espaces et les plus lents peuvent faire le relais entre les costauds et les véloces.
C’est un sport complet qui facilite le développement moteur et la gestuelle du haut du corps. Au niveau intellectuel, il permet d’enrichir les automatismes de réflexes ainsi que la dimension tactique de situations parfois complexes, car il faut résoudre des problèmes en une fraction  de seconde. Les situations de jeu sont uniques et même le ballon peu nous piéger: Le ballon de rugby ( de forme ovale) est imprévisible, capricieux, il  décide mais on peut dans une certaine mesure l’apprivoiser, par l’observation et la répétition de l’observation. C’est un défi à l’intelligence et à l’expérience qui comporte un aléa et en fait une école d’hummilité »( ref: http://abdennour.bidar.over-blog.fr/ . Explication philosophique que je vous invite à consulter).
Au niveau philosophique, j’en reviens aux valeurs qui vont mettre en avant la notion de groupe, l’appartenance à un collectif, le sacrifice et l’altruisme. En défense, on combat pour aider l’équipe, en attaque, on va déstabiliser les lignes pour créer des espaces pour ses coéquipiers. C’est un peu le langage d’une bataille, une bataille ludique dont le seul but est de gagner un match.
Le rugby à 7 ( match de 7 contre 7 ) va devenir olympique lors des jeux de Rio  en 2016, et je pense que ce sport peut se développer au Brésil.
Les dimensions du terrain sont quasiment les mêmes que pour le rugby à 15 ( match de 15 contre 15) , il y a donc plus d’espaces, plus de courses, plus de belles passes, plus de beaux gestes techniques et ça devient  plus ludique,  plus vivant,  plus brésilien.
+ 4 - 0

Ce blog pour partager, une expérience de voyage, une découverte artistique , une rencontre, parce que l'Amérique Latine est une passion, ma passion LATINA!! En France je m’appelle Guillaume et Guilaoume, Guillermo, Guilherme, Guio, Guiomé,Gui, en Amérique Latine. Je parle espagnol sans rouler les rrr et portugais avec un accent gascon. J’ai connu l’école, puis ma prof d’espagnol qui ne me parlait qu’en espagnol. Elle évoquait un pays lointain, une île où l’on devait parler espagnol puisqu’elle était au programme de mon cours d’espagnol. Cette île c’était Cuba !! Alors Cuba c’est…c’est où Cuba ? Ahh oui dans la caraïbe !!! Oulalala, je partais de loin…Bon bref, j’ai situé Cuba, puis mon frère s’est marié avec une cubaine et j’y suis allé et…bon…j’y suis retourné au moins 1000 fois. Un jour, 3 amis ont décidé d’aller au Brésil. Quelle idée d’aller au Brésil??!! On n'y danse pas la salsa et on n'y parle même pas espagnol, pffff!!!…Bon, j’y vais quand même ! Et là, le choc !!! Aujourd'hui, le Brésil et l’Amérique Latine en général font entièrement partie de mon quotidien.

3 comments

  1. faure

    excellent article! en effet le brésil se met au rugby , les féminines ne sont pas en reste! elles sont régulièrement présente sur les tournois mondiaux. Les Brésiliens seront pret pour les Jeux et pourraient creer la sensation en rugby à VII.

  2. FAURE PAT

    chez les feminino pk pas…… chez les hommes le Brésil va découvrir un peuple aussi fantasque que lui….Les Fidjiens !!

  Post comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *